Au tournage TravelCar : le service qui vous permet d’économiser de l’argent pendant vos vacances.

Les 20 et 22 septembre derniers, j’ai eu la chance de participer à un tournage réalisé par Cécilia Severi, journaliste de Via Grand Paris, dans les locaux de notre partenaire TravelCar.

TravelCar est une plateforme économique et éco-responsable qui permet :
– aux propriétaires des véhicules de les mettre en location pendant qu’ils voyagent, plutôt que de payer des frais de parking souvent onéreux
– aux locataires de louer des voitures à des prix plus attractifs que ceux proposés par des agences de location traditionnelles.

Ce service ne cesse de se démocratiser dans l’hexagone comme à l’étranger. TravelCar est le leader du marché de l’autopartage en France. Le siège social est à Paris, et ce milieu de start-up avait suscité l’intérêt de la rédaction de la nouvelle chaine de télévision Via Grand Paris, qui a vu le jour le 26 septembre dernier.

Cécilia, charmante journaliste, a interviewé Ahmed Mhiri, le fondateur de cette société, qui a évoqué les avantages écologiques et économiques de cette plateforme d’autopartage. Ahmed a expliqué que TravelCar mutualise les ressources existantes pour proposer une solution de mobilité alternative, et assure la sérénité de ses clients avec une assurance multirisque fournie par la MAIF.

Pour mieux expliquer le concept de cette plateforme aux spectateurs, Cécilia souhaitait compléter son reportage en interviewant également des clients. En collaboration avec la très efficace Vanessa, directrice de communication de TravelCar, nous avions identifié deux clients qui ont accepté de participer au tournage. Donc, le 22 septembre j’ai retrouvé Cécilia au parking TravelCar à côté de l’aéroport d’Orly.

Pile à l’heure prévue, le premier client M. Bonnin est arrivé pour déposer sa voiture, avant de partir en vacances. Cécilia l’a filmé se stationner, et l’a ensuite équipé d’un microphone. L’aimable agent de TravelCar Belhadj a chaleureusement accueilli le client et a réalisé un état des lieux de la voiture. Pour cela, Belhadj a pris des photos de la voiture de M. Bonnin, qu’il montrait à Cécilia.

M. Bonnin a expliqué à Cécilia qu’il a choisi de garer sa voiture dans le parking de TravelCar pour pouvoir gagner de l’argent pendant ses vacances.

Ensuite le deuxième client M. Tournier est arrivé au parking pour rendre la voiture qu’il avait loué. Encore une fois, Cécilia l’a équipé d’un microphone et a filmé son échange avec Belhadj.

Cécilia a demandé à M. Tournier pourquoi il a choisi de louer une voiture TravelCar, et il a répondu que les tarifs sont vraiment très attractifs.

Le travail de Cécilia était impressionnant – elle filmait tout sur son portable et posait des questions aux clients tout en gérant le son et l’image.

Le reportage sera diffusé le vendredi 20 octobre dans le JT à 18h sur Via Grand Paris, nouvelle chaine sur le canal 34.

Partenaire de Joon, nouvelle compagnie airienne d’Air France, TravelCar sera présent au salon Autonomy, le sommet de la mobilité urbaine, du 19 au 21 octobre prochains.

A bientôt dans un prochain post !

Hannah SmallHannah Small
Community Manager Wordcom

Quand le street-art et le photographie se rejoignent pour dénoncer la colonisation au Cap Vert.

Le 20 septembre dernier j’ai eu le plaisir d’assister au vernissage de l’exposition « 40 street-artistes 1 photographe » au Centre Wallonie-Bruxelles à Paris, présentée par l’association Strokar, co-fondée par Fred Atax et Alexandra Lambert.

Lors de ses voyages, Fred Atax, photo-reporter de renommé, a pris de nombreuses photos dans différents endroits du globe : pays en zone à risques, défavorisés, etc. A la suite de ses pérégrinations, et dans le cadre d’une collaboration créative, il décide de mettre à disposition ses photos auprès de 400 street artistes internationaux. Ces derniers ont ensuite apporté leur touche artistique. L’exposition regroupe une quarantaine de ces œuvres. Il s’agit d’une magnifique sélection d’œuvres collaboratives et pluridisciplinaires qui représente un véritable échange artistique. Mon seul regret est que la galerie ne dispose pas d’un deuxième étage, afin d’apprécier encore plus de photos retravaillées !

Le déroulement du vernissage.

Au début du vernissage, Alexandra Lambert et Fred Atax ont chaleureusement souhaité la bienvenue aux collectionneurs, aux amateurs de street art et aux journalistes présents. Alexandra a évoqué l’objectif de ce projet : accompagner les artistes des pays défavorisés via la promotion du street-art. Ensuite, Fred Atax a pris la parole et, à travers un discours émouvant, a mis en valeur les photos retravaillées par sept artistes du village Reberlartes au Cap Vert, une des exclusivités de ce vernissage. Ces artistes représentent la résistance au colonisateurs portugais du Cap Vert. Lors de la présentation de l’exposition nous avons eu la chance d’assister au témoignage de l’un de ces artistes. Ce dernier nous a expliqué la situation délicate de son pays et ses difficultés, en Cap Verdien. Son discours était très touchant et a poussé Fred Atax à une confidence émouvante : des souvenirs de jeunesse auprès de sa grand-mère dans cet archipel.

Pour animer la soirée, le street artiste Luca Lomazzi a réalisé une prestation live. Avec des bombes aérosols, il a peint sur une surface très originale : un rouleau de film étirable noir, placé entre deux piliers devant la galerie – du véritable street-art !

L’exposition dure jusqu’au 19 novembre et est accompagnée d’une programmation de performance live painting. N’hésitez pas à pousser la porte de cette galerie !

Encore merci au Centre Wallonie-Bruxelles de son accueil !

Vous pouvez retrouver les retombées presse de l’exposition sur notre compte Twitter @wordcomconsult.

A bientôt dans un prochain post !

Hannah SmallHannah Small
Community Manager Wordcom

Paris Pionnières : Hub de soutien et inspiration pour EntrepreneurEs

Bureaux lumineux et ambiance accueillante : Paris Pionnières est un espace coworking atypique au coeur de Paris qui inspire.

Plateforme d’innovation pour les entrepreneures, Paris Pionnières propose un accompagnement adapté aux différentes étapes d’avancement des projets. Il suffit qu’une femme fasse partie de l’équipe dirigeante d’une start-up innovante, pour que cette dernière puisse bénéficier des offres de formation, des bonnes pratiques, du conseil légal, du mentoring et de l’hébergement de Paris Pionnières.

Cet espace propose des solutions sur mesure pour toutes celles qui cherchent du soutien pour créer son entreprise, des astuces pour conquérir son marché, ou simplement un endroit pour coworker !

Un hub de partage pour les start-upeuses, cet environnement bienveillant a soutenu 200 start-ups depuis sa création en mars 2005, avec un taux de pérennité de 85 % et anime régulièrement des ateliers pédagogique et de présentation de services.

Paris Pionnières accueille actuellement une trentaine de start-ups, d’une variété de domaines, par exemple Love Your Waste, qui permet aux restaurants de transformez ses bio-déchets en énergie, Charly un conseiller personnel intelligent pour les jeunes qui s’orientent, et Revèle la première marque de rugby féminin.

Il s’agit de l’incubateur le plus mixte de la capitale française, labellisé “Paris innovation”, ce qui permet aux start-ups d’être éligibles à un financement du fonds Paris Innovation Amorçage (PIA), auprès de la BPI et la Mairie de Paris.

“On ne naît pas entrepreneurE, on le devient.” 

A bientôt dans un prochain post !

Hannah SmallHannah Small
Community Manager Wordcom

Rencontre d’Olivia Le Guyader, directrice de communication BeMove

Après avoir accompagné Olivia Le Guyader à son passage en direct sur Europe 1, j’ai eu le plaisir d’interviewer autour d’un déjeuner la directrice de communication de BeMove, assistant personnel des foyers qui déménagent, qui compte une quinzaine de services.

Hannah : En quoi consiste ton rôle ?

Olivia : Je suis responsable de la communication interne et externe de l’ensemble des activités de BeMove, en cohésion avec la stratégie globale de l’entreprise. Je suis en charge de l’image de la société, de son identité et des valeurs qu’elle véhicule en externe comme en interne.

H : Comment fais-tu pour organiser tes tâches ?

: C’est l’enjeux de mon métier ! Je collabore avec notre équipe marketing pour valoriser les produits qu’ils développent à quotidien, l’équipe commerciale pour développer les enjeux et l’équipe acquisition qui gère l’acquisition de trafic, Adwords, SEO et la rédaction web. Pour m’organiser j’utilise des outils pratiques qui me permettent de gérer mes taches au quotidien, en fonction de l’activité et l’urgence. Actuellement j’utilise Trello, une plateforme de gestion de projet en ligne. Tu crées des tableaux, par exemple « Idées » ou « A ne pas oublier ». J’ai une « to do list » de la semaine, une « to do » du mois, et j’ai un tableau pour chaque filiale d’Ariase Group, avec les actions presse, les réseaux sociaux, et la communication interne. C’est une sacrée organisation. Il faut savoir jongler entre toutes les activités et comprendre les enjeux de chaque service !

H : J’imagine que l’organisation est un atout pour réussir dans ce métier ?

O : Oui, il faut être organisé et il faut surtout être créatif. Ma principale force est ma créativité. Je bouillonne d’idées et en général j’ai une intuition sur les choses. Ce qui m’intéresse le plus dans mon rôle c’est les idées, les concepts, les canaux de communication, le défis de toucher la bonne personne avec le bon message au bon moment et surtout bien répondre à ses besoins. La différence entre le marketing et la communication est que le marketing va chercher, par exemple, à créer un comportement et moi avec la communication je fais passer un message et je cherche à créer du lien, du sens et de l’humain.

Surtout ce qui peut être un peu compliqué parfois dans mon métier, et dans des entreprises comme la nôtre qui comptent beaucoup d’activités, est de pouvoir jongler – c’est une gymnastique mentale de pouvoir passer d’une activité à une autre, et surtout de garder sa créativité.

Souvent lorsque l’on est pris dans des nombreux projets, dans le flow d’information (#infobesité) et de la gymnastique mentale de jongler entre nos différentes activités, c’est le risque d’oublier sa force créative. Il est donc important de faire d’autres choses en dehors du travail, c’est-à-dire aller au cinéma, échanger avec des nouvelles personnes, écouter des médias, lire et observer le monde tout simplement. C’est intéressant et important de s’alimenter de la vie, pour savoir ce qu’attendent les gens et pour essayer de surprendre son public.

Je cherche constamment différentes méthodes afin de présenter nos marques de manière originale. Ainsi nous démarquer et apporter une expérience différente qu’un simple post sur les réseaux sociaux. J’essaye de susciter la surprise, et en même temps, d’échanger avec nos clients pour leur faire découvrir la totalité de nos activités et pour comprendre ce qu’ils attendent. Je suis à l’écoute tant en externe qu’en interne ! L’empathie est la clé !

H : Peux-tu décrire une journée de travail typique ?

: Je me déplace assez souvent à des rendez-vous, à des événements sur Rennes ou Paris pour des rendez-vous commerciaux, de communication etc. Dans une journée type j’arrive assez tôt le matin, j’aime traiter mes mails quand il n’y a pas grand monde !

H : Tu es donc très sollicitée ?

O : Oui. J’essaye d’aller à la rencontre des interlocuteurs dans la société, car les besoins ou les projets peuvent évoluer vite. Je me tiens informée en allant les voir, ou en communiquant pas mail, téléphone ou Skype. Je regarde aussi ce qui se passe sur les réseaux sociaux et dans les médias, ce qui peut être intéressant pour trouver des communicationnelles.

J’assiste aux réunions, aux brainstormings. Entre ces différentes interventions je trouve du temps pour écrire des projets. En effet, tu peux avoir des bonnes idées et des bons interlocuteurs cependant il est impératif de passer par l’étape d’opérationnel, c’est-à-dire le planning.

Le numérique est primordial aujourd’hui mais l’humain reste important pour moi. Je vais donc à la rencontre de mes collègues et je suis présente aux moments clés de la journée pour avoir des échanges informels avec les différentes équipes. Cela me permet de retrouver une certaine créativité.

H : Qu’est-ce que tu apprécies le plus dans ton métier ?

O : Lorsque j’ai des retours des actions réalisées. C’est-à-dire, après une soirée interne : de voir que tout le monde est satisfait, que mes collègues en parlent entre eux. Il s’agit d’un objectif de cohésion. Et en externe, j’apprécie voir qu’on parle de nos activités, de notre positionnement et créativité.

H : Quand tu reçois des retombées presse, par exemple ?

O : Oui exactement et les retombées sur les réseaux sociaux. Quand on voit les avis clients qui sont satisfaits. C’est l’humain.

H : Un dernier mot sur ton domaine de communication ?

O : La communication est un métier de relation humaine !

Merci beaucoup de m’avoir accordé ton temps Olivia !

A bientôt dans un prochain post !

Hannah SmallHannah Small
Community Manager Wordcom

 

Entrepreneurs : devenez irrésistible avec la méthode inédite de Master Coaching

J’ai eu la chance d’assister le vendredi dernier à l’atelier « affichez-vous et devenez irrésistible » de Master Coaching, une agence dans l’air du temps qui accompagne les auto-entrepreneurs dans l’identification de leur positionnement.

Il s’agissait d’une rencontre atypique, visée aux entrepreneurs. Les deux coachs, Matthieu Jardin et Dounia Sellam nous ont laissé cinq minutes pour préparer un scripte d’une vidéo explicative pour présenter notre activité et nos valeurs ajoutées, comme si nous allions la partager sur les réseaux sociaux.

D’après Matthieu Jardin, la valeur ajoutée est :
ce qui est à l’intérieur de vous,
ce qui fait que vous exister,
et ce que les gens voient à l’extérieur de vous.
Un par un, tous les participants (y compris moi !) se sont présentés et ont expliqué leur offre et valeur ajoutée, comme si nous étions filmés. Matthieu Jardin et Dounia Sellam ont fourni un feedback sur le fond et la forme du discours de chacun : « parle plus lentement », « je ne comprends pas ton offre » etc., ils nous ont ainsi aidé à mieux nous présenter et nous mettre en avant.

Ils nous ont conseillé de proposer à notre cible un produit d’appel gratuit, par exemple à travers un atelier, afin d’inciter les participants à acheter notre offre. Il a donc fallu identifier nos offres et le besoin des clients potentiels pour y répondre au mieux.

Matthieu Jardin, Master Coaching

Pour que nos (fausses) vidéos explicatives soient le plus efficaces possible, Matthieu et Dounia ont souligné l’importance de :

nous entraîner
évoquer notre valeur ajoutée et non pas nos compétences
donner des chiffres
apporter du gain à nos clients
évoquer nos expériences vécues et raconter une histoire afin que nos clients nous fassent confiance
se positionner en tant qu’expert du domaine
se mettre à la place de nos clients

L’atelier a permis aux auto-entrepreneurs d’analyser l’ADN de leurs marques et d’identifier et assumer sa valeur ajoutée. Master Coaching a proposé, grâce à cet atelier, de faire sortir du lot les auto-entrepreneurs et de les faire devenir leur carte de visite. J’ai apprécié l’opportunité de découvrir les méthodes inédites de cette agence composée de deux trentenaires passionnés et dynamiques.

A bientôt dans un prochain post !

Hannah SmallHannah Small
Community Manager Wordcom

Au vernissage de l’exposition « Céramique : le nouveau défi du street art ».

En tant que Community Manager de Wordcom, le 23 juin dernier j’ai eu la chance d’assister au vernissage de l’exposition “Céramique, le nouveau défi du street art”, à l’occasion de la 4ème Biennale de la Céramique de la Maison de la Céramique Architecturale Terra Rossa à Salernes, dans la sud de la France, à deux pas de Draguignan.

L’exposition a été mise en place par M. Guy Moch, un passionné d’art, et en collaboration avec la galerie Brugier-Rigail (galerie parisienne spécialisée dans le street art.)

L’idée : lancer un défi aux grands street artistes : Nick Walker, Miss Tic, M. Chat, Nasty, L’Atlas, Levalet, Jacques Villeglé, Jérôme Mesnager, Yang Mun-Gi et Speedy Graphito, pour la première fois, se confronter à la céramique. Leurs œuvres sont actuellement exposées à la Maison de la Céramique Architecturale Terra Rossa jusqu’au 1er octobre 2017.

Les locaux de Wordcom étant à Paris et la Maison de la Céramique Architecturale Terra Rossa étant dans le Var, j’ai  donc parcouru la France du nord au sud. Partie de Paris et arrivée à la gare d’Aix-en-Provence, j’ai pris un TER pour Draguignan, et ensuite un taxi pour me rendre à Salernes.

J’ai logée dans de charmantes chambres d’hôtes « Belle Rivière », parfaitement situées à proximité du musée Terra Rossa, où j’ai été chaleureusement accueillie par les propriétaires Margareta et Michael Westphal. Mes deux trains ayant pris du retard, j’avais à peine le temps de déposer ma valise et me changer avant de courir au musée !

Enfin arrivée au vernissage très attendu, j’ai rencontré Mme Nicole Fanelli, maire de Salernes, qui a adressé un discours de remerciement avant de donner la parole au charismatique Guy Moch, commissaire des expositions du musée Terra Rossa. Il a évoqué sa passion pour le street art et son idée de lancer un défi aux street artistes, constatant que : « l’art urbain oblige le passant à réagir ».

M. Guy Moch prend la parole

C’était le moment d’accéder à la salle d’exposition ! Les œuvres « classiques » des dix artistes ont été mises en miroir avec les œuvres en céramique,

Effet miroir des œuvres de Levalet

ce qui illustre le challenge des artistes. Les œuvres atypiques en céramique étaient magnifiques,

et j’ai apprécié l’effet miroir qui m’a permis de comprendre l’inspiration de chaque artiste.

Mis Tik, Speedy Grafito

J’ai été ravie de découvrir l’effet de cette fusion de deux genres si distincts, et j’ai tweeté des photos :

Suivez Wordcom sur Twitter pour en découvrir plus !

Le lendemain était l’occasion de profiter d’être dans le Sud et de visiter la jolie ville de Salernes, capitale régionale de la céramique, ce qui se voit partout !

Parterre en céramique, Salernes

Il faisait un temps magnifique, et j’ai apprécié la tranquillité du Var et de la piscine des chambres d’hôtes ! Une très belle aventure artistique !

Chambre d’hôtes Belle Rivière

A bientôt dans un prochain post !

Hannah SmallHannah Small
Community Manager Wordcom

Innover pour le commerce : les démarches à suivre pour éviter la rupture dans le parcours client

Le 14 juin dernier, j’ai eu le plaisir d’assister à la conférence « Innover pour le Commerce », animée par Karine Vergniol, journaliste et animatrice de l’émission du même nom de BFM Business.

Des acteurs majeurs de l’e-commerce et du retail ont évoqué des façons innovantes d’améliorer l’expérience du client autour d’un débat dynamique : « les points de frictions dans les nouveaux parcours d’achat, focus sur la perception de la ‘rupture’ ».

Être à l’écoute

Angelique Lenain, directrice générale de la start-up Sensee, constate des épuisements de stock imprévus et explique comment gérer le retour à disponibilité de ces produits stars. Elle souligne l’importance du marketing ciblé et celui de l’accompagnement client, pour rassurer les consommateurs déçus. Ainsi, la potentielle rupture serait compensée par un service de qualité. Elle a également suggéré de retirer le produit du site web e-commerce, en proposant les produits similaires pour favoriser une expérience client positive. Il faut agir et réagir rapidement pour éviter les ruptures dans les parcours d’achat.


Angelique a également constaté que « c’est l’humain qui apporte une vraie réponse aux questions des clients ». Quant à Thina Cadiero, directrice client et digital chez Carrefour France, elle a évoqué un paradoxe du retail : le client souhaite être autonome mais en même temps accompagné lors d’un achat. Sachant qu’aujourd’hui les consommateurs ont tendance à se renseigner en ligne avant d’acheter en magasin, j’estime que les retailers doivent accompagner le client online et offline, en proposant toujours des informations et des services sollicités par ce dernier.


Thina a évoqué l’importance, en cas de rupture du parcours, d’adapter sa façon de les traiter selon les attentes des clients et répondre à leurs besoins. Ce service personnalisé fidéliserait les consommateurs sur le long-terme.
En conclusion, il est primordial pour les sites d’e-commerces d’être à l’écoute de ses consommateurs à chaque étape de son parcours, et d’assurer un service personnalisé de qualité, tout répondre simultanément aux demandes des clients.

A bientôt !

Hannah SmallHannah Small
Community Manager Wordcom

Areeba Rehman, à l’assaut de l’égalité professionnelle, au forum JUMP

A l’occasion du forum JUMP du 1er juin dernier, Areeba Rehman, fondatrice de Fretbay et Myboxman, nommée « Femme de l’Industrie 2012 » par l’Usine Nouvelle, est intervenue lors de la table ronde de PDGs sur le thème de « L’égalité professionnelle : dépasser les bonnes intentions ! ». Etaient présents autour de la table Michel Landel du Groupe Sodexo, Sophie Boissard du Groupe Korian et Stéphanie Seydoux rattachée au Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes. La table ronde était brillamment animée par Annick de Vanssay de JUMP.

Areeba Rehman portrait

JUMP est une association qui collabore avec des entreprises et des organisations, cherchant à défendre plusieurs points :

  • éliminer les écarts de salaires entre les hommes et les femmes
  • lutter contre la discrimination fondée sur le sexe
  • et créer une société plus égale.

jump equality

En 2014, le revenu salarial des femmes en France était inférieur de 24 % à celui des hommes, et les inégalités demeurent très marquées parmi les cadres et les hauts revenus. Le rapport de 2016 du Forum économique mondial paru le 26 octobre dernier indique que la parité économique entre les hommes et les femmes ne sera atteinte qu’en 2186 ! Cette étude annuelle portée sur 144 pays constate une inégalité de salaire de 59% entre les femmes et les hommes dans le monde.

Areeba Rehman

JUMP organise des forums : des journées de conférences, ateliers et tables rondes, animées par des intervenant(e)s et expert(e)s internationaux. En effet, nommée lauréate Jeune Entrepreneur de l’IDF par La Tribune en 2013, Areeba Rehman, invitée de ce forum, et experte sur le marché du transport, incarne la réussite d’une femme dans un milieu d’homme. Quelle chance pour moi d’avoir été la plume, via les comptes Twitter de Wordcom et Fretbay, des propos d’Areeba Rehman, fortement engagée dans le combat de la parité, sentiment totalement partagé avec Wordcom.

Areeba Rehman
Areeba Rehman a évoqué les défis auxquels elle a dû faire face pour entrer dans l’univers typiquement masculin du transport, et a fait appel à une transformation culturelle pour lutter contre l’inégalité des sexes. Elle estime que les hommes doivent travailler autant que les femmes pour atteindre l’égalité des sexes au travail. Elle a révélé qu’en moyenne, seulement 30% des nouveaux étudiants qui s’inscrivent dans les écoles d’ingénierie en France sont des femmes. Deux tiers d’entre elles se sentent mal à l’aise et abandonnent leurs études. Evidemment, nous avons toujours du travail à faire pour atteindre l’égalité des sexes.

Areeba Rehman JUMP

Dans le but de digitaliser le secteur du transport, en 2008 Areeba Rehman a fondé FretBay, plateforme collaborative de déménagement. Leader du transport groupé en France, en 2012 Fretbay a été le vainqueur de la catégorie logistique du Trophée d’Or d’E-commerce Mag. En 2016 Areeba Rehman a élargi son offre en créant Myboxman, plateforme de livraison entre particuliers. Elle continue à révolutionner le milieu du transport avec le lancement de la première application de déménagement instantané FretBay Now, qui met en relation les particuliers avec des sociétés de transport professionnel de proximité. Cette application donne le pouvoir aux expéditeurs : ils contrôlent leur budget, voient le profil des transporteurs et ont la possibilité d’expédier à travers toute la France. L’utilisateur peut indiquer dans l’application les objets à transporter et Fretbay Now détermine la taille du camion nécessaire. Le transport devient ainsi ludique et économique !

fretbay now

Dans mon prochain post, je vous listerai les astuces pour améliorer le service client de l’e-commerce, évoquées lors de la conférence Innover Pour le Commerce du 14 juin, animée par Karine Vergniol.

A bientôt !

Hannah SmallHannah Small
Community Manager Wordcom

TravelCar : acteur clé de la mobilité verte

A l’occasion de la Matinale de l’innovation « Décarboner la Mobilité » proposée par Engie Innovation et animée par l’écrivain Erik Orsenna, nous avons eu l’opportunité d’écouter les analyses des experts de la mobilité verte et d’en saisir les enjeux actuels et futurs. Les transports contribuent à 23% de la pollution mondiale et crée la congestion dans nos villes, donc il est grand temps de trouver des solutions alternatives et innovantes !

La ville : à la fois le problème et la solution
La ville est en grande partie responsable de ces enjeux environnementaux. 5 686 700 000 déplacements par an sont effectués en voiture en Ile-de-France, et ces véhicules dans nos centres urbains pollue autant notre santé que le paysage. La ville est par là la plus à même d’être à l’initiative de projets en faveur de l’énergie verte.

Des solutions émergent : améliorer les infrastructures, développer les carburants alternatifs, fluidifier le trafic et faciliter la logistique urbaine. Ces solutions sont, selon nous, issues d’une révolution à la fois technologique et sociologique, avec la prise de conscience de l’importance du développement durable.

La révolution du double partage
Mathias Lelievre, directeur Mobilité Verte d’Engie a déclaré que « la mobilité de demain sera électrique, autonome et partagée », et nous en avons conclus que nous assistions à une évolution majeure. Nous passons d’un style de conduite avec un seul conducteur utilisant un seul carburant roi, à une tendance de double partage. En premier lieu, le partage de la voiture (avec l’autopartage et le covoiturage) et en second lieu le partage du marché des carburants alternatifs (ex : électrique, hydrogène, biométhane).

Concentrons-nous sur l’autopartage
Vous connaissez sûrement déjà le covoiturage, mais qu’évoque pour vous l’autopartage ? Lorsque vous partez en vacances ou tout simplement vous vous rendez au travail, votre voiture reste inactive d’une journée à plusieurs semaines, sur un parking qui est souvent onéreux. De plus, environ 30% du temps passé à conduire est dédié à la recherche d’une place de parking. TravelCar, leader de l’autopartage, non seulement propose de louer votre voiture aux particuliers depuis les aéroports et dans les centre villes, mais aussi met à disposition des places de parking économique.

Cette start-up innovante fournit la solution de mobilité économique et écologique de l’avenir, synonyme de consommation collaborative. TravelCar permet d’économiser ou gagner 150€ en moyenne par trajet, et est présent en France à Paris, Beauvais, Marseille, Montpellier, Bordeaux, Toulouse, Nice, Lille, Nantes, Rungis, Blagnac et Lyon, entre autres villes, et dans 30 pays partout dans le monde !

La mobilité verte ne serait-elle pas la solution d’avenir ?
Les intervenants d’Engie Innovation ont constaté pendant cette conférence qu’une multiplication des services d’autopartage dans le monde rendrait possible une réduction de 3,8 millions de véhicules dans les rues en 2024. TravelCar nous propose une solution de mobilité économique, écologique et durable pour l’avenir. En effet, ils sont en train de couvrir les besoins des utilisateurs sur l’ensemble de la planète.

Dans le prochain post, après avoir participé à la conférence « L’égalité professionnelle : dépasser les bonnes intentions! » lors du JUMP Forum du 1er juin, j’évoquerai les propos d’Areeba Rehman, fondatrice de Fretbay et Myboxman qui témoigne sur ses expériences de femme.

A bientôt !

Apolline Privat                                &                     Hannah Small
Chargée de communication                                   Community Manager

 

 

 

 

Les coulisses de La Quotidienne de France 5

Comme je vous l’ai promis dans mon dernier post, aujourd’hui je vous fais découvrir les coulisses de France 5 ! Notre client Jérôme Chasques, directeur générale d’Hyperassur.com est intervenu sur le plateau de « La Quotidienne », une émission présentée par Maya Lauqué et Thomas Isle entourés d’experts-chroniqueurs qui s’intéressent aux nouvelles formes de consommation collaborative. Articulée autour d’un grand dossier, l’émission cherche à faciliter la vie quotidienne et propose des réponses précises aux questions posées par les téléspectateurs par SMS ou via les réseaux sociaux.

Jérôme Chasques, a été invité à participer au dossier de jour du 2 mai : « Spéciale assurances : comment déjouer les pièges des contrats ? », en tant qu’expert en assurances, préparé par la journaliste Judith Barcessat. Charmante personne que nous serons ravis de voir à nouveau!

Une fois sur place, nous sommes allés dans la salle d’attente, ou nous avons rencontré Me Jean-David Guedj et Edouard Binet, les autres invités du jour.

Judith Barcessat a briefé les participants sur le déroulement de l’émission, leur a donné quelques astuces sur leur posture et comportement ! Elle les a prévenu qu’ils pourraient être filmé lors de l’intervention des autres participants.

Les mots d’ordre :

  • rester souriant
  • être sur le qui vive à tout moment !

Elle leur a lu les questions posées précédemment par les téléspectateurs via SMS et les réseaux sociaux afin que les 3 intervenants puissent choisir les réponses les plus appropriées possible.

Ensuite Jérôme Chasques s’est fait chouchouté au stand maquillage :

Jerome chasques La Quotidenne

et un technicien l’a équipé d’un microphone :

Enfin, le moment fatidique est arrivé, l’entrée sur plateau ! N’ayant pas le droit d’y accéder, je suis restée dans la salle d’attente pour regarder l’émission en avant première dans les coulisses de France 5. C’est là que mon rôle de Community Manager a commencé. Maya Lauqué et Thomas Isle lisaient les questions des téléspectateurs et dès que Jérôme Chasques prenait la parole, je le photographiais et tweetais ses propos en direct !

Par exemple, Maya Lauqué a demandé « Peut-il être intéressant de changer fréquemment d’assurance ?»

Jérôme Chasques a répondu : « Il faut surtout réévaluer et voir quelle est propre sa situation, parce qu’en fait chaque année on pourrait se dire « ma situation personnelle a changé, je suis marié, j’ai eu en enfant, j’ai divorcé, j’ai eu une voiture, j’ai déménagé » donc il y a plein de chose qui changent dans votre vie… donc l’idée est plutôt de faire le point une fois par an, et de se rapprocher de son assureur, le questionner, voilà est-ce que les choses ont changé, est-ce que les tarifs ont changé ou évolué ? »

J’ai synthétisé ce tweet :

L’échange entre les présentateurs, les chroniqueurs et les intervenants était animé et informatif. Jérôme Chasques a été ravi de participer au plateau de « La Quotidienne ». Un grand merci à Judith de l’avoir invité!

Dans mon prochain post, après avoir participé au Matinale de l’innovation « Décarboner la Mobilité » d’Engie Innovation, j’évoquerai les tendances de la mobilité verte avec ma collègue Apolline Privat.
A bientôt !

Hannah Small, Community Manager Wordcom  Hannah Small