Quand le street-art et le photographie se rejoignent pour dénoncer la colonisation au Cap Vert.

Le 20 septembre dernier j’ai eu le plaisir d’assister au vernissage de l’exposition « 40 street-artistes 1 photographe » au Centre Wallonie-Bruxelles à Paris, présentée par l’association Strokar, co-fondée par Fred Atax et Alexandra Lambert.

Lors de ses voyages, Fred Atax, photo-reporter de renommé, a pris de nombreuses photos dans différents endroits du globe : pays en zone à risques, défavorisés, etc. A la suite de ses pérégrinations, et dans le cadre d’une collaboration créative, il décide de mettre à disposition ses photos auprès de 400 street artistes internationaux. Ces derniers ont ensuite apporté leur touche artistique. L’exposition regroupe une quarantaine de ces œuvres. Il s’agit d’une magnifique sélection d’œuvres collaboratives et pluridisciplinaires qui représente un véritable échange artistique. Mon seul regret est que la galerie ne dispose pas d’un deuxième étage, afin d’apprécier encore plus de photos retravaillées !

Le déroulement du vernissage.

Au début du vernissage, Alexandra Lambert et Fred Atax ont chaleureusement souhaité la bienvenue aux collectionneurs, aux amateurs de street art et aux journalistes présents. Alexandra a évoqué l’objectif de ce projet : accompagner les artistes des pays défavorisés via la promotion du street-art. Ensuite, Fred Atax a pris la parole et, à travers un discours émouvant, a mis en valeur les photos retravaillées par sept artistes du village Reberlartes au Cap Vert, une des exclusivités de ce vernissage. Ces artistes représentent la résistance au colonisateurs portugais du Cap Vert. Lors de la présentation de l’exposition nous avons eu la chance d’assister au témoignage de l’un de ces artistes. Ce dernier nous a expliqué la situation délicate de son pays et ses difficultés, en Cap Verdien. Son discours était très touchant et a poussé Fred Atax à une confidence émouvante : des souvenirs de jeunesse auprès de sa grand-mère dans cet archipel.

Pour animer la soirée, le street artiste Luca Lomazzi a réalisé une prestation live. Avec des bombes aérosols, il a peint sur une surface très originale : un rouleau de film étirable noir, placé entre deux piliers devant la galerie – du véritable street-art !

L’exposition dure jusqu’au 19 novembre et est accompagnée d’une programmation de performance live painting. N’hésitez pas à pousser la porte de cette galerie !

Encore merci au Centre Wallonie-Bruxelles de son accueil !

Vous pouvez retrouver les retombées presse de l’exposition sur notre compte Twitter @wordcomconsult.

A bientôt dans un prochain post !

Hannah SmallHannah Small
Community Manager Wordcom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *